C’est quoi une maraude ? 

Contrairement à son sens classique, la maraude a aujourd’hui une autre acception positive. Elle couvre un ensemble de pratiques de bienfaisance.  

Maraude : une action citoyenne et sociale

Simplement, il s’agit de va-et-vient dans divers points d’une ville, de son centre à sa périphérie, réalisé pour repérer des nécessiteux (sans abris, SDF…), en vue de les aider. La maraude est avant tout un acte de volontariat : les maraudeurs sont suscités par leur compassion et leur envie d’aider ses entourages en difficulté. Il s’agit ensuite d’une action sociale qui consiste à apporter son soutien et ses aides de toute nature, en tenant compte des besoins réels et inconscients des personnes cibles.  

Des secours de tout ordre

La maraude est bien plus qu’un simple inventaire des personnes en difficulté sociale qui se retrouve à errer et à vivre dans les rues. Le service du maraudeur est dit à large spectre, sachant que cela couvre de multiples besoins de nature matérielle, physique et psychologique.

  • Le maraudeur apporte de l’aide pour la subsistance des nécessiteux dans leurs conditions difficiles des rues : nourriture, vêtements, couvertures, ainsi de suite.
  • L’équipe en maraude favorise la prise en charge médicale ou même clinique des SDF et sans-abris, en collaboration avec le 115 ou en repérant et en intervenant eux-mêmes auprès des nécessiteux malades, pour les orienter vers un système de soin approprié.
  • Le maraudeur apporte également du soutien social et psychologique aux personnes aidées. On a effectivement affaire à de personnes fragilisées jusque dans leur âme et conscience. Une approche consciente de  leur état d’esprit est essentielle.

La maraude est ainsi un ensemble d’actes réfléchis, prenant en considération tous les caractéristiques physiques et émotionnelles des personnes nécessiteuses. L’établissement du contact et la construction des relations doivent se faire en amont et continuer en aval. 

Des activités coordonnées de maraudeurs

Même si l’on est en face d’une urgence sociale pour ainsi dire, principalement parce que ni le climat ni la situation sanitaire ne sont pas tendres avec ces personnes, force est de reconnaître que la mise en œuvre des actions doit être le fruit d’une concertation et d’une excellente organisation. C’est pour cela que même une maraude citoyenne indépendante doit être menée sur la base d’études, de statistiques et d’une évaluation des besoins de sans-abris ou SDF identifiés.

Mais, plus productif qu’une action individuelle, l’engagement auprès d’un groupement associatif ou de bienfaisance expérimenté est idéal, pour savoir comment gérer ses propres efforts en matière d’aide aux nécessiteux.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *